• Afrique
• Asie
• Europe
• Monde
• Atlas
• varia
• Voyage
English version
Livres > Sciences Naturelles

BRY, Jean-Théodore de - Florilegium Novum, Hoc est : Variorum maximeque rariorum Florum ac Plantarum singularium una cum suis radicibus

Artiste : Nicolas-Guillaume de LA FLEUR
Auteur : BRY Jean-Théodore de.
   

Description:

BRY Jean-Théodore de. Florilegium Novum, Hoc est : Variorum maximeque rariorum Florum ac Plantarum singularium una cum suis radicibus & cepis Eicones, diligenter aere sculptae et ad vivum ut plurimum expressae.

New Blumbuch, Darinnen allerhand schöne Blumen und frembde Gewächs mit ihren Wurtzeln und Zwiebeln mehrer theils dem Leben nach in Kupffer fleiβig gestochen zu sehen seind.
Oppenheim, Iohanne Theodoro de Bry, 1612-(1614 ou 1618). 72 planches numérotées (sur 78) et 3 non numérotées. Trois feuillets liminaires.

[Suivi de]
[LA FLEUR Nicolas-Guillaume de. Nicolaus Guillelmus A Florae Lotharingus].

[Rome, 1638]. Douze planches (manque le titre-frontispice avec le portrait de l’artiste).

[Suivi de]
[LA FLEUR Nicolas-Guillaume de]. Nicolaus Guillelmus A Florae Lotharingus.

Rome, 1639. Douze planches octogonales dont un titre gravé.

[Suivi de]
COCHIN Nicolas. [LEFEBVRE François ?]. MONCORNET Balthazar. Livre nouveau de fleurs très utile pour l’art d’orfèvrerie et autres. Dédié à Jean de Leins.

Paris, Balthazar Moncornet, 1645. Titre et 12 planches. Petit in-folio, vélin dur de l’époque.

Très belle réunion de quatre rares suites de gravures de fleurs.

-    La suite du Florilegium Novum est composée d’un très beau titre-frontispice et de 75 planches en premier tirage (?): 72 sont numérotées (manquent les planches 5, 18, 37, 39, 53 et 54) et 3 ne le sont pas. Ouvrage dessiné et gravé par Jean Théodore de Bry (1561-1623), présentant une importante variété de fleurs, avec leur nom associé. Cette suite d’une grande finesse d’exécution comporte un nombre variable de planches (Hunt 197 et Pritzel 1299 : 87 pl. – Nissen BBI 272 : 85/86 pl…. – un exemplaire avec 112 pl. : vte Picard, 20/02/90, en veau de l’époque, 60.000 F). Les figures sont très inspirées notamment du Jardin du roy de Pierre Vallet (1608), de l’Hortus Eystettensis de Basilius Besler (1612) et de l’Hortus Floridus de Crispin de Passe (1614).  Très rare suite. Un exemplaire comportant 88 planches a été vendu chez Christie’s (04/06/03, £9.560). La BNF possède une édition plus tardive (1641-1647).

-    Les planches suivantes sont l’œuvre de Nicolas-Guillaume de La Fleur (de Lafleur ou Delafleur ; v. 1600-1663), peintre graveur lorrain de talent, ami de Nicolas Poussin. Il travailla à Rome pour le cardinal Barberini et surnommé « Monsù Fiore ». C’est dans cette ville, en 1638 et 1639, que l’artiste dessina et grava ces deux suites de fleurs qui figurent dans notre exemplaire : la première suite (1638) ne comporte pas le titre-frontispice avec le portrait de l’artiste, mais les 12 planches de fleurs sont bien présentes. Robert-Dumesnil (IV, p. 12) mentionne : « On connaît deux états de ces planches : I. Avant l’adresse de Mariette et le numéro ; elles portent seulement ces mots : Cum privi Regis Christianissimi ou Cum Pri. Regis Chrismi.. II. Avec l’adresse et le numéro ». Les douze planches sont ici du premier état. Le Metropolitan Museum possède un exemplaire du second état. Manque à la BNF. Pas dans Nissen.

-    La suite de douze planches octogonales (montées sur papier ancien) de Nicolas-Guillaume de La Fleur qui suit est bien complète du titre. Elles sont également du premier état (« Avant les numéros et avant l’adresse de Mariette sur le premier morceau » Robert-Dumesnil, IV, p. 15). L’artiste ne semble pas s’être inspiré de modèles déjà existant ce qui donne à ces planches un caractère unique. Ces deux suites du premier état sont extrêmement rares. Nous n’avons trouvé aucun exemplaire passé en vente publique (l’exemplaire de la vente Christie’s du 14/10/03, vendu $11.950, comportait les deux suites de planches mais du second état). Manque à la BNF. Pas dans Nissen.

-    La dernière suite a été éditée et semble-t-il gravée par Balthazar Moncornet (1598-1668), peintre, graveur et marchand d’estampes (surtout connu pour ses innombrables portraits). Le frontispice est dû à Nicolas Cochin (1610-1686 ; avec son monogramme) ainsi que les scènes (champêtres, de bataille,…) figurant dans les bandeaux de la partie inférieure des planches (le style est très similaire à celui du frontispice). La partie supérieure des planches représentant les fleurs semblent être d’une autre main. Peut-être s’agit-il de l’œuvre de François Lefèbvre (orfèvre et graveur à Paris vers 1635), déjà auteur d’un Livre de fleurs et de feuilles pour servir à l’art d’orfèvrerie (1635) et d’un Livre de feuilles et de fleurs utiles aux orfèvres et autres arts (1657) tous deux également édités par Balthazar Moncornet. Guilmard précise qu’au bas de ces planches « on voit [aussi] des scènes de personnages dans le genre de Callot ». Le titre est contrecollé, les planches réunies deux par deux sur une page. Cette suite est d’une grande rareté. Dans les cinquante dernières années, nous n’avons trouvé qu’un seul exemplaire complet passé en vente publique (08/12/72, vte Esmérian, II, n°138, en maroquin noir de Cretté, 4.000 F). Un exemplaire à la BNF.

L’exemplaire comporte deux ex-libris manuscrits dans la première suite, des mentions manuscrites anciennes relatives à la couleur des fleurs sur une vingtaine de planches, une mention manuscrite au verso d’une planche de la première suite.

Exemplaire dans sa reliure en vélin de l’époque ; mouillure en fin de volume dans la dernière suite, manque marginal à trois planches, petites déchirures réparées.

Indisponible










Librairie Monsieur le Prince, vente de livres rares et precieux, estampes, photographies et dessins originaux. - RCS Bobigny A379064736